Fermer

18/08/2022

Une méthode pour rendre compte des meilleures pratiques en recherche écologique et environnementale – The Applied Ecologist6 min de lecture


Kilian Murphy et ses collègues proposer l’autoethnographie appliquée, une forme de réflexion structurée où les chercheurs utilisent l’expérience personnelle pour contribuer à la compréhension des processus collaboratifs, comme un protocole reproductible pour décrire les interactions inter-organisationnelles au cours du processus de recherche en écologie et recherche environnementale.

La publication d’un manuscrit scientifique est l’aboutissement d’un long processus de recherche, par lequel le scientifique partage les résultats de son étude dans le contexte du domaine ainsi que son choix de méthodologie pour atteindre ces résultats. Communiquer objectivement ces facettes de la recherche nécessite l’abolition du soi du récit et la rationalisation de l’information de la collecte des données à l’analyse.

Paradoxalement, travailler dans des domaines appliqués nécessite la participation, la communication et la collaboration d’autres parties concernées — les intervenants, par exemple — qui peuvent exercer une influence significative sur le processus de recherche. La relation de travail entre le chercheur et ces intervenants externes introduit ainsi une nouvelle force subjective dans la recherche, qui peut impacter l’aboutissement du projet et les résultats obtenus.

Cette influence, qu’elle soit positive ou négative, est souvent voilée dès la publication de la recherche, qui se limite à expliquer les méthodes qui ont produit l’ensemble final de résultats, ce qui à son tour voile une partie importante du processus de recherche appliquée au lecteur. Certes, il serait bénéfique pour la communauté de disposer d’un outil commun de courtage de connaissances, qui diffuse les nuances du travail dans les domaines appliqués, tout en documentant les défis rencontrés et les leçons apprises, pour améliorer de manière itérative notre façon de travailler dans la recherche collaborative appliquée. L’accumulation de ces connaissances peut aider à la planification, à l’exécution et à l’évaluation de la recherche appliquée en écologie et en sciences de l’environnement, économisant ainsi du temps et des ressources pour les efforts de recherche futurs.

Pour décrire le processus de travail en recherche appliquée et détailler les nuances de la collaboration inter-organisationnelle, il est important de reconnaitre « soi-même » dans le processus de recherche. La collaboration et la communication sont intrinsèquement subjectives, et le résultat peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs, biais implicites et circonstances.

Nous avons modifié l’autoethnographie, une méthode largement utilisée dans d’autres disciplines appliquées (médecine, anthropologie, psychologie, affaires) pour s’adapter à la boîte à outils de l’écologiste et documenter ces expériences d’une manière standardisée et reproductible qui rationalise l’information d’une manière facilement digestible. Nous avons étudié cette méthode et développé un protocole que les écologistes peuvent utiliser lors de la rédaction de leur propre étude de cas d’autoethnographie appliquée, et pour des projets où ils ont rencontré un nouveau défi ou conçu une nouvelle solution, qu’ils souhaitent partager avec la communauté.

Au sein de la papier que nous avons publié dans le Journal d’écologie appliquéenous partageons 5 études de cas rédigées à l’aide de notre protocole structuré au sein de notre équipe de recherche – conçues pour différents types de projets, espèces d’étude, méthodes, niveaux d’expérience et circonstances.

Notre vision du protocole est qu’il devient courant dans notre domaine d’inclure ces rapports dans des revues, de la littérature grise ou dans le manuscrit scientifique lui-même pour détailler de manière holistique le processus de recherche. Notre protocole offre également des avantages supplémentaires, par exemple, un manque de compréhension inter-organisationnelle entre les chercheurs, les parties prenantes et l’organisation gouvernementale présente dans notre étude de cas dans le texte, la découverte des biais qui affectent le succès de la recherche (présents dans le matériel supplémentaire 3) et la présentation de nouvelles recherches. orientations, par exemple, des études de cadrage pour enquêter sur les perceptions des parties prenantes avant des études écologiques à grande échelle (voir le matériel supplémentaire 4 dans le document).

Notre protocole décrit le chercheur, le lieu et les circonstances de l’étude, qui peuvent transformer les expériences en méthodes et meilleures pratiques pour les chercheurs cherchant à démarrer un nouveau projet ou à étendre les efforts existants. En tant que rapports autonomes, ils offrent des récits détaillés de la recherche, pour le meilleur ou pour le pire. En tant que matériel complémentaire aux documents quantitatifs, ces rapports peuvent expliquer entièrement le contexte de la collecte et de la disponibilité des données, décrivant les biais qui ont façonné l’analyse et l’effet sur les résultats.

Nous espérons que d’autres contributions de tous les domaines de l’écologie et des sciences de l’environnement apporteront une nouvelle compréhension à partir d’un large éventail de projets – augmentant de manière exponentielle la quantité de connaissances que nous documentons, pour apprendre – en tant que communauté – en travaillant dans l’écologie appliquée.

L’autoethnographie n’est pas une nouvelle méthode – mais nous avons modifié l’autoethnographie de telle manière que nous estimons qu’elle maximise ses avantages pour notre communauté. Pour que cette pratique soit adoptée, elle doit être applicable et faisable. Par conséquent, nous souhaitons mettre à jour ce protocole à l’avenir en fonction des commentaires de la communauté.

Nous vous implorons, en tant que chercheurs, d’adopter cette méthode et de l’essayer pour un projet de recherche où vous pensez qu’elle peut ajouter de la valeur au résultat final de la recherche. Une fois terminé, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires ou suggestions qui pourraient façonner la prochaine itération de ce protocole à l’avenir.

Nous sommes impatients de lire et d’apprendre de vos expériences de recherche en écologie appliquée et en sciences de l’environnement.

Lire le point de vue complet du praticien Autoethnographie appliquée : une méthode pour rendre compte des meilleures pratiques en recherche écologique et environnementale dans Journal d’écologie appliquée



Source link